Chambéry – FENIX : la maîtrise de bout en bout

Toulouse a validé sa stratégie d’attaque en surnombre face à une équipe savoyarde qui s’enfonce dans la crise.

Pierrick Chelle serre le point

Après quatre défaites en quatre journées de championnat, la réaction ne s’est pas faite attendre du côté de Chambéry. Dès la fin de la rencontre avec Toulouse, le président du club savoyard a annoncé la nomination de Laurent Busselier comme entraineur adjoint.

Dans le camp toulousain, l’optimisme est de rigeur après une victoire satisfaisante qui semble conclure la mauvaise passe des deux journées précédentes. Le jeu à sept, déjà mis en place la semaine dernière, a parfaitement fonctionné, permettant au FENIX de prendre le large dès les premières minutes de jeu. Cette stratégie a tout de même montré ses limites quand Chambéry a pu remonter le score après 20 minutes, et que les 2 minutes s’enchainaient.

Pour autant, Philippe Gardent se réjouit du résultat : « [Avec Bonilauri et Pettersson] on a des pivots qui sont grands, qui ont des jeux différents. Ils sont assez efficaces au tir en plus, j’ai pris goût à ce jeu à sept avec ces deux grands ».

Cette victoire devrait mettre l’effectif toulousain en confiance pour les matchs à venir, d’autant que le gaucher Rafał Przybylski est de retour à l’aile droite.

 

Les réactions

Romain Ternel

« On est satisfait car le plan de jeu a marché, notamment offensivement en jouant encore une fois à sept contre six. On a bien bossé ce jeu à sept qui perturbe pas mal les mecs. On l’avait expérimenté lors de notre match contre Paris et ça avait très bien fonctionné. Si ça a fonctionné contre Paris je vois pas pourquoi ça fonctionnerait pas contre d’autres équipes. » (via handnews.fr)

Yassine Idrissi

Avec 14 arrêts (41%), Yassine Idrissi s’est une nouvelle fois distingué dans les cages comme un rouage essentiel de la défense toulousaine.

« Comme contre Paris, nous avons décidé d’attaquer à 7. Je pense que c’était une valeur assez sûre puisque nous avions réussi à les faire déjouer. Chambéry est une équipe en plein doute mais ils ont su réagir à la 20e minute en étant plus agressif en défense, ce qui nous a un peu perturbé. Pour autant, nous n’avons pas paniqué. Pourquoi ? Parce que nous étions sûr de notre jeu à 7 et de notre capacité à marquer. La confiance était là. » (via fenix-toulouse.fr)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.