Sanogo – Prasitharath : [3/4] La Division 1

Avant le derby ce samedi, Bamba Sanogo (UJS Toulouse) et Anousone Prasitharath (Bruguières SC), deux joueurs d’expérience, ont répondu à nos questions. Il est temps de se concentrer sur la D1.

Entre la défaite au KB, il y a un mois, et le match suivant contre Bastia, samedi dernier, le BSC n’avait pas de match de D1…

Anousone Prasitharath : Entre temps, on s’est entraîné, on a préparé le match de Bastia. Ça a été long, c’est sûr. On a bossé physiquement pour ne pas trop perdre et garder nos acquis de la préparation. Mais ce n’était pas évident, après un match d’avoir trois semaines sans jouer. On a fait des matchs amicaux mais contre des équipes de la région mais sans être péjoratif, on ne forçait pas. Il y a un fossé entre les niveaux nationaux et la DH.

Bastia pour le coup, c’était une victoire vraiment importante…

Anousone Prasitharath : Oui, il fallait qu’on se relance dans le championnat pour bien repartir. Pour nous, au KB, on avait fait une très grosse première mi-temps – on menait 1-0 – et en deuxième mi-temps, je pense que physiquement on a pris un coup et c’est là où on a fait des erreurs et on a pris des buts. On l’a regretté parce que c’est un match qu’on aurait pu remporter. Du coup, il fallait impérativement qu’on batte Bastia pour se remettre dans le droit chemin.

Bamba, l’UJS découvre la D1. Vous avez tout gagné en D2 l’an passé, là vous commencez par trois défaites. Ce n’est pas trop dur dans les têtes ?

Bamba Sanogo : C’est un peu dur mais honnêtement on s’y attendait quand on regardait les classements. On n’est pas partis défaitistes mais les premières équipes qu’on jouait, ce sont des équipes qui en général jouent le haut du classement voire les play-offs. Du coup on savait que ça allait être dur. La Ligue 2, c’est beaucoup plus lent, c’est beaucoup moins tactique. Tu as le droit à l’erreur alors qu’en Ligue 1, une erreur c’est un but en général. On savait. Il faut que la mayonnaise prenne. On a l’équipe la plus jeune du championnat avec une moyenne de 23 ou 24 ans avec des joueurs de 20, 21 ans. La plupart des équipes contre qui on joue ont des joueurs d’expérience. Il faut que les petits prennent de l’expérience mais j’ai confiance. L’équipe a du potentiel, on espère l’exploiter avant la fin de la saison, avant qu’il ne soit trop tard.

Toulon, Nantes, KB n’étaient pas des adversaires directs de l’UJS…

Bamba Sanogo : Voilà, exactement.

Anousone Prasitharath : On sait ce que ça fait ! Chaque année, on se tapait les trois premiers de l’année d’avant en début de saison. Mentalement, c’est dur. Il y a des années où on a enchaîné cinq, six défaites d’affilée et là c’est dur de rentrer dans les matchs, surtout avec la peur de prendre un but et de perdre. Quand tu enchaînes les défaites, c’est ça le problème : dès qu’on en prend un, tu commences à douter. Et c’est ce qui peut arriver à l’UJS, eux qui viennent de monter et qui n’ont pas l’expérience de la première division.

Quels sont vos adversaires directs ?

Bamba Sanogo : Vu le début du championnat, je vois Béthune, Bastia, Échirolles… Ils n’ont gagné aucun match. Montpellier aussi, vu qu’ils ont commencé avec un handicap de douze points. Bruguières, je sais qu’ils ont fait un recrutement avec Dylan Correia, un très très bon joueur. Christopher Romao est revenu, un très très bon joueur. Willy Oliveira qui est très en forme. Je le connais bien, on a joué toute notre vie de futsal ensemble, jusqu’à ce que je parte de Bruguières.

Anousone Prasitharath : Ce sont des équipes comme Bastia, l’UJS qu’on rencontre samedi, Échirolles… Montpellier qui est en bas encore pour l’instant. Béthune. Ce sont des équipes comme ça contre qui on va lutter pour le maintien. Chaque année on a voulu aller plus haut et on s’est fracassé donc cette année, c’est le maintien et on voit match après match ce qu’on peut faire.

Garges est devenu champion de France, ils ont plusieurs joueurs en équipes de France. Tu as toujours des contacts, Bamba ?

Bamba Sanogo : Quand on était là-bas, avec toutes ces années passées ensemble, on était plus comme des frères. On se voyait en dehors du foot, on mangeait ensemble, on sortait ensemble.

Ils ont commencé par deux défaites à l’extérieur. Tu ne te fais pas trop de souci pour eux ?

Bamba Sanogo : Non. Non, je ne me fais pas de souci. Je sais que cette année ne pourra pas être aussi prolifique pour eux que l’année dernière parce que l’année dernière, ils ont vraiment fait une grosse saison. Mais je ne m’en fais pas pour eux. Ils ont une équipe, ils ont des cadors, ils ont des joueurs en place. Ça va le faire. Pour la coupe d’Europe [premier tour en Croatie], si on me demande d’être honnête, ça va vraiment être chaud. Ils ont perdu des joueurs, surtout un de leurs joueurs majeurs, Souheil Mouhoudine, qui est parti à Acces. Sans être leur tout meilleur joueur, il est en équipe de France quand même. Son absence se ressent. Ça va être dur. Après, ils peuvent le faire. C’est des joueurs de foot, ils connaissent le futsal, ils vont jouer contre des joueurs en face d’eux. Il n’y a pas de raison.

Un pronostic pour les play-offs ?

Anousone Prasitharath : [réflexion] En début de saison c’est compliqué. Paris ACASA me surprennent, ils commencent à gagner Garges, le Sporting, on ne sait pas jusqu’où ils peuvent aller. Aux play-offs, je verrais bien Nantes, Toulon. KB, je pense qu’ils vont y être. Pourquoi pas nous… Non, allez, Garges, je pense.
Et pour le champion, je dirais entre Toulon et KB… Pourquoi pas Toulon. Ils ont une bonne équipe mais je ne sais pas si l’amalgame se fait. Alors qu’au Kremlin, ça tourne. Ils gardent une ossature et ramènent deux, trois joueurs à chaque fois.

Bamba Sanogo : Toulon, pour l’instant, ils partent favoris parce que je n’ai pas vu d’autre équipe se démarquer clairement. Pour les play-offs, je vois bien Toulon, KB, Garges et… Sporting.

Combo parisien ?

Bamba Sanogo : Oui, parce que ça joue. C’est des clubs d’expérience, ça fait des années qu’ils sont là.

Retrouvez les chapitres précédents : Présentations et le futsal & son développement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.