Sanogo – Prasitharath : [4/4] Le derby

Avant le derby ce samedi, Bamba Sanogo (UJS Toulouse) et Anousone Prasitharath (Bruguières SC), deux joueurs d’expérience, ont répondu à nos questions. Il est temps de se focaliser sur le derby !

Pour en revenir au prochain match, Bruguières et l’UJS ne se sont pas croisés depuis des années…

Bamba Sanogo : Oui, depuis qu’il y a les deux divisions. Ils ne se sont pas non plus rencontrés en coupe de France.

Mais y a-t-il vraiment une rivalité ?

Bamba Sanogo : Quand je suis arrivé à Toulouse, il y avait vraiment de la rivalité. Quand j’étais à Bruguières, même quand j’ai signé ici. Mais cette année, je trouve que ça s’est atténué. Avec la montée en Ligue 1, j’ai l’impression que les clubs ont de meilleurs rapports. Il y aura la rivalité sur le terrain mais ça n’ira pas plus loin. On se connait tous en dehors du futsal : ça arrive que nous-mêmes on fasse des Bonito avec des joueurs de Bruguières, ça m’arrive souvent de jouer avec Chris [Christopher Romao], avec Willy [Oliveira], avec John [Jonathan de los Santos]. Je pense que ce sera sur le terrain, ça sera une rivalité saine.

Anousone Prasitharath : Une rivalité entre guillemets puisqu’on a été les deux clubs phares de Toulouse. On est toujours au plus haut niveau, bon ils sont descendus en deuxième division quand ça s’est créé. Sinon, même quand on était en DH, c’était toujours Bruguières-UJS, la bataille. Mais c’est toujours amical parce qu’on a plein de potes qui jouent là-bas, qui sont passés ici.

Au final, c’est un match pour la suprématie régionale ou un match à six points pour la D1 ?

Anousone Prasitharath : C’est plus un match à six points, pour nous en tout cas. La suprématie… si on perd ce match et qu’on est en play-offs à la fin de la saison, on signe tout de suite. Ce n’est pas ce qui nous intéresse, c’est d’abord le classement. C’est sûr que ça a toujours une ferveur particulière autour du derby et c’est toujours plaisant de gagner ce match-là mais sinon, il n’est pas plus important qu’un autre.

Bamba Sanogo : C’est tout en même temps. C’est un match à six points, c’est un derby. Un derby, c’est un match particulier. Les statistiques, tu les laisses toujours de côté. Ça va se jouer à l’envie. Franchement, je pense que ça va être dur. Je ne vais pas donner de pronostic. Ils peuvent gagner comme on peut gagner. Ils ont une bonne équipe. On a une équipe pas mal qui est en train de prendre un peu de gras, un peu d’expérience. Après, ils ont plus d’expérience et c’est ce qui va beaucoup faire la différence sur le terrain.

L’expérience, on y vient. Bruguières est un habitué de la D1 alors que l’UJS vient de monter. Est-ce-que ça va jouer ?

Bamba Sanogo : Oui, ça va beaucoup jouer. En ce qui nous concerne, ça s’est déjà ressenti sur tous nos matchs. La plupart des buts que l’on prend, ce sont vraiment des fautes d’inexpérience. Mais on regarde les vidéos, on travaille dessus alors j’espère qu’on n’en fera pas ce week-end. L’expérience, ça va jouer quand même. L’expérience et l’envie.

Anousone Prasitharath : Je pense ça peut faire la différence. On a un temps d’avance au niveau de l’expérience par rapport à eux qui viennent de monter. Ils découvrent vraiment ce qu’est la rigueur de la D1. La moindre erreur se paie cash.

 

Le derby a lieu ce samedi à 16 heures au complexe sportif de la Faourette, rue Paul Lambert. Il est impératif de réserver auprès de l’UJS Toulouse (ujs@ujs-toulouse.fr ou sur la page Facebook).

Retrouvez les chapitres précédents : Présentationsle futsal & son développement et la Division 1.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.