CL – Les Spacer’s bientôt fixés !

Les groupes pour la Ligue des Champions de la CEV seront tirés au sort ce vendredi, lors du gala du volley-ball européen.

Organisé à Moscou, ce gala sera articulé en deux chapitres. D’une part, et a priori en premier, les tirages au sort des phases de groupe des Ligues des Champions féminines et masculines. D’autre part, différents prix seront attribués : joueur et joueuse de volley-ball de l’année, entraîneurs de l’année pour une équipe masculine et féminine, joueur et joueuse de beach-volley de l’année, événement de l’année et le Lifetime Achievement Award qui récompensera l’ensemble d’une carrière. L’événement commence à 18 heures locales soit 16 heures en France.

La Ligue des Champions

Mais revenons à la compétition masculine qui nous concerne bien plus directement. La phase de groupe, officiellement quatrième tour, réunit vingt équipes. Huit champions et quatre vice-champions y sont directement qualifiés. Huit autres équipes ont obtenu leur billet pour ce tour lors du troisième tour : on compte parmi elles les équipes troisièmes des quatre meilleurs championnat, trois vice-champions dont – faut-il le préciser ? – les Spacer’s et le champion de Finlande. Ces équipes vont être réparties en cinq groupes de quatres. Parmi les participants, une équipe sera désignée hôte du carré final et directement qualifiée pour les demi-finales. Après la phase de groupes, les premiers, les deuxièmes et les deux ou trois meilleurs troisièmes accèdent à la phase à élimination directe dont les deux premiers tours sont joués en matchs aller-retour.

Le tirage au sort

Quatre chapeaux ont été définis avant le tirage au sort. Ils sont constitué à partir du classement des championnats et non des équipes. Ainsi, la France étant aujourd’hui la cinquième nation – grâce aux bons résultats de l’an passé, on a gagné deux places – Chaumont, qui débute pourtant dans l’épreuve, figure dans le chapeau 1 en tant que champion de France. À ses côtés se trouvent les champions russe, italien, polonais et turc. Le chapeau 2 réunit les champions belge, allemand et grec, ainsi que les vice-champions russe et italien. Ça devient plus complexe ensuite car les huit issus des qualifications sont tous dans le chapeau 4. Les cinq premiers tirés au sort iront dans les groupes de A à E, dans l’ordre du tirage ; les suivants rejoindront le chapeau 3 où se trouvent déjà les vice-champions polonais et turc. Enfin, la protection nationale ne concerne pas les clubs qualifiés depuis dimanche ce qui autorise Spacer’s et Chaumont à se retrouver.

Chapeau 1 : Zenit Kazan (RUS, tenant du titre), Lube Civitanova (ITA, 3e l’an passé), ZAKSA Kędzierzyn-Koźle (POL), Ankara (TUR) et Chaumont (FRA).

Chapeau 2 : Berlin (GER, 4e l’an passé), Roulers (BEL), PAOK Thessaloniki (GRE), Dinamo Moscou (RUS) et Trente (ITA).

Chapeau 3 : Skra Bełchatów (POL) et Arkas Izmir (TUR).

Chapeau 4 : Lokomotiv Novosibirsk (RUS), Pérouse (ITA, finaliste 2017), Fenerbahçe Istanbul (TUR), Jastrzębski Węgiel (POL), Spacer’s Toulouse, Maaseik (BEL), Friedrichshafen (GER) et VaLePa Sastamala (FIN)

Vu le mode de tirage des deux chapeaux les plus faibles, sachez que les Spacer’s ont 12,5% de chances de tirer une équipe donnée du chapeau 3 (Arkas Izmir par exemple) et un peu plus de 10,7% de chances d’affronter une équipe donnée du chapeau 4 (Pérouse par exemple). La différence entre ces deux chapeaux est donc infime.

L’historique

Les Spacer’s disputent une compétition européenne pour la troisième fois de leur histoire – et, faut-il le répéter, leur toute première Ligue des Champions. Outre Chaumont, ils n’ont rencontré jusque là qu’un seul autre participant à cette compétition : le Dinamo Moscou. C’était en janvier 2015, pour les « quarts de finale » de la Coupe de la CEV. Au Palais des Sports, les Toulousains avaient poussé les Russes au tie-break, mais, au retour, les Moscovites avaient gagné en trois sets.

Pour leur tout premier match européen, les Spacer’s avait affronté et battu une autre équipe française, Poitiers, c’était en 2007. Ils ont déjà battu une équipe allemande, il s’agissait de Bühl en 2014. En revanche, leur rencontre avec les Italiens de Rome s’est soldée par une élimination en 2008. Retrouvera-t-on des représentants de ces nations cette saison ? Réponse demain !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.