CdFF – Matchs de gala pour Portet et Muret, le TFC doit assurer

Le tirage au sort des 32es de finale de Coupe de France féminine a donné lieu à des affiches déséquilibrées. Le TFC devra se méfier d’une dangereuse équipe de Nice. Muret et Portet accueilleront des matchs de gala avec des équipes de D1.

Nice – Toulouse FC

Le hasard du tirage a réservé aux féminines du TFC le même adversaire que l’équipe masculine, pour le même tour. Pour ce match, l’OGC Nice aura l’avantage du terrain mais le TFC sera favori. Sur le papier.

Cinquième à mi-parcours avec une majorité de victoires, le TFC effectue un début de saison solide mais en-deçà des espérances. Distancées à sept points de Dijon, le leader, les Violettes sont vraisemblablement hors course pour la montée. Reste donc la Coupe de France pour se faire plaisir. Elle a commencé au tour précédent par un net succès 6-0 à Bergerac, face à un club de l’élite régionale.

C’est à nouveau un club de DH/R1 qui se dresse face aux Toulousaines. Troisième de sa ligue, l’OGC Nice présente la différence de but impressionnante de +21 en seulement huit matchs, et ce malgré deux défaites. À domicile, les Niçoises sont invaincues et n’ont concédé qu’un but, c’était lors de la victoire 7-1 face à Monteux, le leader. En Coupe de France aussi, elles cartonnent. 0-27 à Grasse en ouverture, 0-11 à Mouans-Sartoux pourtant également en DH, 15-0 face à Draguignan. Et pour le premier tour fédéral, elles ont battu 1-0 l’équipe de Nîmes qui évolue dans le même groupe de D2 que le TFC. Renversées par Montauban lors du deuxième et dernier tour d’accession à la D2 l’an passé (3-2 à Nice, 4-1 à Montauban), les Niçoises pourraient bien avoir des envies de revanche face aux Midi-Pyrénéennes. Les Violettes sont prévenues.

Dimanche 7 janvier 13h au Stade de la Plaine du Var.

AS Portet CR – Montpellier

Habituée à se faire remarquer en coupe, l’ASPCR n’a pas failli à cette réputation en accédant aux 32es de finale pour la troisième fois en quatre ans. Cette saison, il lui a fallu écarter le Girou, l’US Albi et Limoges. Trois victoires nettes (1-4, 3-0, 1-4) face à des équipes de son niveau ou du niveau inférieur. Mais peut-on vraiment parler de même niveau pour ces Portésiennes qui dominent le groupe Midi-Pyrénées de DH ? Hormis une défaite – en début de saison face au TFC² – l’ASPCR a remporté tous ses matchs et est championne d’automne, devant les équipes réserves des têtes d’affiche régionales.

On pourrait espérer une performance de cette équipe mais l’adversaire casse un peu l’ambiance. Du moins en ce qui concerne les espoirs portésiens. Vice-champion de France en titre, le Montpellier HSC a remporté 12 des 15 matchs officiels qu’il a disputé cette saison. Après son succès à la Toulouse International Ladies Cup en pré-saison, il pointe à la troisième place de Division 1. En championnat, seul le tout puissant OL s’est imposé à Montpellier (0-5) tandis que le PSG a gagné 3-1 à domicile. En Ligue des Champions, le vice-champion de Russie avait signé un hold-up fantastique à la Mosson, s’imposant 0-1 sans avoir cadré un tir de ses cinq tirs tandis que les Montpelliéraines avaient frappé 32 fois sans succès mais le MHSC s’est qualifié au retour. Il a ensuite éliminé le champion d’Italie avec deux victoires. C’est donc une équipe de tout premier plan qui se présentera à Portet.

Dimanche 7 janvier 14h30 au stade municipal de Portet-sur-Garonne.

AS Muret – Albi

Affiche de D2 dans les années 2008-2013, elles est désormais déséquilibrée entre une AS Muretaine en déclin et des Albigeoises qui s’installent solidement en D1.

Seulement sixième (sur dix) en DH avec un bilan équilibré, l’AS Muret a passé jusqu’ici sans encombre les différents tours préliminaires de coupe de France. Une victoire par forfait face à Eaunes pour commencer avant deux battre deux équipes de DH : Balma, écarté 0-4, et Clermont-l’Hérault, battu 5-1.

Pour sa part, l’ASPTT Albi entre tout juste dans la compétition. Malgré un bilan nettement défavorable en D1 (3-2-6), les Tarnaises sont huitièmes à mi-saison, au cœur d’un ventre mou très grand. Abonnées à la neuvième place depuis son accession dans l’élite en 2014, elles éprouvent plus de difficultés en coupe de France puisqu’elles n’ont plus atteint les huitièmes de finale depuis 2006. On notera cependant que depuis Nîmes (alors en D3 tandis que l’ASPTT était en D2) en 2010, aucune équipe d’une division inférieure de les a éliminées.

Dimanche 7 janvier 14h30 au Stade Colette-Besson.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.