Malgré la défaite, les Spacer’s peuvent être fiers

Ce mardi, les Spacer’s recevaient les Polonais de Jastrzebski Wegiel pour leur 5e et avant-dernier match de Ligue des Champions. C’était la dernière occasion de voir les Spacer’s évoluer dans cette compétition à Toulouse. Si les locaux n’espéraient plus rien dans cette compétition, les Polonais sont toujours dans la course à la qualification. 

L’essentiel

Dominateur en début de match, les Polonais sortent victorieux des deux premiers sets à l’expérience. Leur victoire semblait se dessiner tranquillement, mais c’était sans compter sur le supplément d’âme des Spacer’s. Portés par une folle ambiance, ils reviennent au score et inscrivent leur premier point en Ligue des Champions. Malgré cela, les Polonais empochent le set décisif (17-25, 22-25, 25-23, 25-23, 12-15).

Le match

C’est un Toulouse libéré et enthousiaste que l’on découvre à l’entame de match. Combatifs sur tous les ballons, jusque dans les tribunes, les locaux osent et ça leur réussit. Avec trois joueurs de 22 ans ou moins sur le terrain, les Spacer’s, au contact jusqu’à 15-18, vont craquer face à l’expérience de leurs adversaires. Le premier set est polonais, 17-25. 

Dans le second set, les Toulousains retrouvent ce qui leur fait défaut depuis plusieurs mois : la régularité. Durant tous le set, ils regardent les Polonais droit dans les yeux. La jeunesse se met en valeur, au bloc, ou au smash : ChinenyezeNickifor et Basic enchaînent les exploits. Mais la puissance du Polonais Boruch, ainsi que le fantasque Cubain Hidalgo Oliva, feront une nouvelle fois la décision dans les derniers points. Le deuxième set est également polonais, 22-25.

 

Dans le troisième set, l’histoire semble se répéter pour les locaux. Aux coude à coude, la différence va une nouvelle fois se faire dans le money time. Et alors que Stéphane Sapinart fait entrer pour l’honneur Théo Faure (17 ans) et Dimitri Walgenwitz (23 ans), les visiteurs font également place aux jeunes. Ex-æquo à 18-18. Toulouse fait mieux que simplement rivaliser, puisqu’ils prennent les devants. Portés par une ambiance des très grands soirs, les Spacer’s se montrent décisifs et empochent le set : 25-23.

Trêve de plaisanterie pour Jastrzebski Wegiel. Muzaj, De Rocco, Boruch, Sobala, et même Hidalgo Oliva font leurs retours. Le niveau monte d’un bon cran. Piqués au vif, les visiteurs se montrent plus agressifs, et sur certains points, ils imposent une grosse classe d’écart aux Toulousains en obtenant des smashs sans personne au contre. Et si les Spacer’s haussaient aussi leur niveau ? Les jeunes comme Chinenyeze et Nickifor répondent une nouvelle fois à leurs adversaires. Bruno Temponi entre enfin dans son match, et après avoir ramené plusieurs points à son équipe, c’est lui qui d’un contre autoritaire offre le quatrième set et par la même occasion le premier point des Spacer’s en Ligue des Champions. 25-23. 

Et si Toulouse tenait son exploit ? Côté visiteur, c’est la très mauvaise opération. Alors qu’ils disputeront un sixième match décisif, ce point perdu pourrait leur être fatal. Les mots du coach ont été durs, pour faire basculer ce dernier set du côté polonais sur le score de 12-15. Mais l’essentiel est ailleurs, la dernière performance de Toulouse à domicile en Ligue des Champions restera un très beau match, avec belle ambiance et du spectacle. Il restera un dernier match à Kazan (tenant du titre) pour le plaisir, mais l’heure reste grave, il faut gagner en championnat.

Réaction

Interrogé en fin de match, l’entraîneur Stéphane Sapinart était heureux de la performance de son équipe. « Ce point obtenu est une satisfaction. Les joueurs se sont montrés combatifs et ils n’ont pas renoncé. Il nous faut encore plus de régularité, on a du mal à faire des séries. Pour gagner ce soir, il fallait les faire plus jouer. Au lieu de ça, on fait des fautes. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.