Fenix-Montpellier : Pas de miracle

Ce mercredi, le Fenix recevait Montpellier, dernier vainqueur de la Ligue des champions. Les toulousains n’auront tenu que 45 minutes.

A l’occasion de la deuxième journée de Starligue, le Fenix Toulouse Handball jouait une nouvelle fois à domicile. Après la décevante défaite face à Chambéry, une réaction ce soir tenait de l’exploit. Un exploit que les Toulousains avaient déjà réalisé l’an passé en coupe 31-30. Ce soir le FENIX se contentera d’une défaite 29-34 et 45 bonnes minutes.

Le match

Pas de cadeau en début de match, même pour l’ex-Toulousain Fredric Pettersson malmené par la défense des locaux, envieuse de faire vivre un calvaire au champion d’Europe. Les deux premiers buts seront inscrits sur penalty. Mais les Héraultais maitrisent, et s’ils ne parviennent pas à faire le break, ils restent devant au score d’un ou deux buts. Plus disciplinés dans l’agressivité, les visiteurs accélèrent à une vitesse que l’on voit rarement lorsque Toulouse se retrouve à un de moins. C’est ça le haut niveau. Les deux équipes parviennent même à inscrire 3 buts en moins d’une minute à coup d’engagements rapides. 11-12 à la 20e minute de jeu.

Mais à la surprise générale, c’est le FENIX qui accélère et qui met à mal son adversaire. Le capitaine Nemanja Ilic montre l’exemple et inscrit 5 buts consécutifs pour son équipe, permettant aux siens de virer en tête 18-16 à la pause.

Au retour des vestiaires, les Toulousains n’abdiquent pas. Ils maintiennent leur avance de 2 buts, notamment grâce à Przybylski. Le retour de blessure du gaucher toulousain fait du bien. Agressif en défense et usant en attaque, le Polonais offre une excellente option en plus à Philippe Gardent. Il faut attendre la 45e minute pour voir le MHB reprendre les commandes du match (24-25). L’entraineur toulousain décide alors d’attaquer à 7 joueurs, mais cette fois-ci l’option n’est pas payante. Les Montpelliérains sont trop rapides dans le jeu de transition. Aidés également par une paire arbitrale, pas toujours cohérente, ils font le break (26-29 à la 49e) et ne seront jamais repris. Score final 29-34. Montpellier a tenu son rang et le FENIX n’a pas à rougir. Mais le bilan comptable est alarmant. 2 matchs, pour 2 défaites à domicile. Les 2 prochaines rencontres à Cesson puis contre Tremblay doivent impérativement s’achever par une victoire.

Stats

Toulouse : Ilic (11 buts/13 tirs), Jakobsen (4/4), Przybylski (4/4), Bonnefoi (6 arrêts, 20%).

Montpellier : Porte (9/9), Simonet (5/7), Truchanovicius (4/5), Gérard (6 arrêts, 32%).

Réactions

Philippe Gardent : « On s’était dit avant le match qu’on faisait une grosse débauche d’énergie en première période et qu’on ferait le point aux vestiaires. Finalement on perd mais je pense que deux ingrédients ne nous ont pas aidés. Ça me gêne un peu de le dire comme ça mais j’ai trouvé les arbitres irrespectueux par moment. Sans ça on aurait pu pousser nos adversaires plus loin, peut-être jusque dans le money-time. Je n’ai rien à reprocher aux joueurs, on fait des petites bêtises, mais j’ai aimé leur comportement. On a lancé notre saison. »

Valentin Porte, ex-toulousain et  homme du match s’est également exprimé : « On ne s’attendait pas à un match facile. D’ailleurs, je ne comprends pas comment on peut faire une si mauvaise première période. On ne pourra pas se faire peur à tous les matchs. Concernant Toulouse, le début de saison n’est pas bon. C’est facile de jouer contre des grosses équipes, après ça me fait chier de jouer dans une si belle salle à moitié vide. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.