TFC-Monaco : 1 point c’est tout

Bien entrés dans la partie, les Violets ont tenu tête à une équipe de Monaco en manque de rythme. Les nombreuses occasions aurait pu permettre aux Toulousains de remporter ce match.

De la joie ou des regrets ?

Dès l’entame de la rencontre, les Violets enflamment le match. Leur capitaine Max Alain Gradel s’illustre dès la 7e minute de jeu, en débordant comme à son habitude côté gauche, offre un centre tir repris par Dossevi, mais stoppé par le gardien monégasque.

Trois minutes plus tard, Garcia s’offre des espaces à travers la défense des Rouges et Blanc, mais sa frappe contrée, ne donne rien. Ça chauffe pour Monaco qui prend l’eau en ce début de rencontre. Et ça continue avec un festival de Gradel, dos au but, qui se retourne et frappe au bout de 20 minutes de jeu, mais le capitaine, trop entouré est déséquilibré.

De son côté, la défense toulousaine montre tout son aplomb et son caractère, par des tacles bien maîtrisés et de belles retournées acrobatiques. Friables et engagés, les Monégasques écopent de cartons jaunes et n’arrivent pas à construire leur jeu.

Peu avant la pause, les Monégasques reprennent du rythme et Reynet exécute sur un centre de Diop, pour maintenir le 0-0. Avantage psychologique pour les Toulousains, avec une dernière reprise de Moubandje, détournée par Sidibé, juste avant le retour aux vestiaires.

Retour sur le terrain agité, avec un corner pour les Violets, tiré par Bostock, repris par Gradel puis Fortes, sans doute la balle du 1-0, mais qui ne termine pas dans les filets. Gradel encore, obtient un coup franc sans suite, mais qui laisse une opportunité de contre pour Monaco et le portier toulousain doit s’efforcer de maintenir le clean sheet.

But à la 57e minute. Il aura fallu attendre près d’une heure de jeu pour voir Monaco dangereux et l’occasion fut bonne pour Tielemans, qui délivre le Rocher et inscrit le premier but de la partie.

Revanchard, Gradel récupère la balle et ses passements de jambes lui permettent d’éliminer deux défenseurs mais sa frappe en angle fermé, ne permet pas au TFC de revenir au score. Mais Leya Iseka, lui, est tout proche d’ouvrir la marque pour Toulouse, tout comme Durmaz, avec une frappe de loin, qui passe juste à coté du cadre.

But pour Iseka ! Égalisation des Violets à la 79e, l’attaquant qui récupère un ballon coté droit, croise sa frappe et trompe Benaglio.

Dans une ambiance rendue électrique par les incompréhensions des décisions arbitraires, les Toulousains tentent le tout pour le tout. Moubandje, souvent actif sur les phases offensives, délivre des centres, Gradel fait du Gradel, tant dis que Leya tente la tête, mais rien n’y fait. Les deux équipes se quittent sur un score de parité, à la fin des 5 minutes de temps additionnel.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.