TO XIII – Au revoir, Capitaine

C’est sur une défaite contre Salford que Sébastien Planas, capitaine emblématique du TO XIII, met fin à sa carrière. Ses 261 matchs sous le maillot olympien n’auront pas suffi pour emmener son équipe jusqu’en Super League, son seul regret.

La saison 2018 du TO XIII est bel et bien terminée. La pelouse du stade Toulouse Lautrec est peut-être la seule à se réjouir du répit qu’on lui offre. Les Olympiens ont échoué aux portes de la Super League en terminant 6e du championnat d’accession. Les Toulousains continueront donc de jouer en Championship pendant l’exercice 2019. Et pour la première fois depuis 12 ans, Sébastien Planas ne chaussera pas ses crampons auprès de ses coéquipiers bleu et blanc. A 34 ans, le capitaine du TO XIII ne réalise pas encore l’ampleur de sa décision. C’est simple, à deux jours de son départ officiel, ce dernier n’a toujours pas retiré ses affaires des vestiaires du club. « C’est dur de se dire que, ça y’est, c’est fini. Ça fait un vide et honnêtement je n’ai pas encore concrètement pensé à l’après. C’en est presque flippant », avoue-t-il.

Crédit Photo : Daniel Foulquier

Et pourtant l’an passé, le rugbyman pensait déjà à prendre sa retraite. Mais son esprit de compétiteur ne pouvait envisager de terminer sa carrière sur une blessure et l’a poussé a resigner pour une nouvelle saison. Une saison qu’il n’imaginait pas se terminer si prématurément : « On échoue à quelques points de monter en Super League. A Londres, on n’a pas su répondre comme il fallait à nos adversaires. Je pense qu’on y est allé avec un certain excès de confiance et je regrette de ne pas avoir su mobiliser mes coéquipiers. » La non accession de son club de cœur au plus haut niveau européen restera son seul regret.

Le joueur le plus titré du TO XIII

Arrivé en 2006 à Toulouse, c’est à Perpignan que Sébastien Planas fait ses premiers pas sur les terrains de rugby. Une passion qui n’a cessé de l’habiter et qu’il n’a jamais considérée comme un véritable travail, malgré son statut de joueur professionnel. Sa retraite sera l’occasion pour lui d’évoluer au sein de l’entreprise qui l’a embauché huit ans plus tôt. Pragmatique, le rugbyman a préféré s’assurer un avenir professionnel en dehors des stades tout en se concentrant sur ses impératifs sportifs, quitte à s’infliger un planning quotidien laissant peu de place à sa vie privée. « Maintenant que j’ai arrêté, je vais pouvoir vivre une vie de civil normale, explique-t-il amusé. Entre mon métier et le rugby, j’avais de moins en moins de temps pour profiter de mes proches. »

Crédit photo : Alain Garres

Sébastien Planas aurait pu profiter de son départ pour décrypter ses performances qui forcent l’admiration. A la question « Que retiens-tu de ta brillante carrière ? », il aurait pu décrire l’un de ses plus beaux essais. Mais non, le joueur le plus titré du TO XIII préfère s’épancher sur les qualités de ses coéquipiers plutôt que sur les siennes. C’est sans doute pour sa capacité à mettre le collectif en avant que son statut de capitaine n’a jamais été discuté depuis 2013. Le seconde ligne reconnait d’ailleurs que ces cinq années de capitanat lui ont permis de donner un second souffle à sa carrière : « Ma nomination est arrivée à un moment où je commençais à m’essouffler. Je me suis dit qu’avec ce nouveau rôle, je devais être irréprochable. Je me suis imposé d’être celui qui se donnait le plus à chaque entraînement et ça m’a rendu meilleur sur le terrain. » Devenu un exemple pour chacun de ses coéquipiers, Sébastien Planas a le sentiment d’avoir fait son temps. La vie de groupe et des vestiaires est certainement ce qui va le plus lui manquer, mais ce dernier s’en va en sachant que le meilleur reste à venir pour les Olympiens. « Nous avons des très bons joueurs qui mériteraient d’être d’avantage connus. Je souhaite au TO de continuer à grandir et de gravir cette dernière marche vers la Super League. » Au revoir, capitaine.

Crédit Photo 1 : Alain Soula

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.