Championnats du monde de pelote basque – la reconquête toulousaine

Huit ans après son premier titre, la paire Brefel-Necol a été sacrée championne du monde de pala corta, à Barcelone. Le Toulousain, Sylvain Brefel, nous raconte la reconquête de leur titre.

Comment s’est déroulée la compétition ?

« Ce n’était pas forcément gagné d’avance. Nous commençons la compétition par une première partie, plutôt facile, contre Cuba. Mais dès le deuxième jour nous nous retrouvons face à l’Espagne, tenante du titre, et nous échouons sèchement en proposant malgré tout un bon jeu. C’est un coup dur qui nous a poussé à trouver les solutions pour se remobiliser contre l’Argentine en demi-finale. Arrivés en finale nous retrouvons le duo infernal espagnol (Esteban Gaubeka et Emeliano Skufca). Et cette partie a été un vrai combat ! Il a fallu qu’on joue différemment, qu’on adapte notre tactique et technique de jeu. Sur le terrain, nous étions tous sous tension et les erreurs d’arbitrages n’ont rien arrangé. Finalement, nous gagnons de deux points… »

Qu’est-ce qui a fait la différence entre vous et les espagnols ?

« Sur le terrain, nous avons joué en équipe. Nous avons su prendre des risques au bon moment en variant les frappes. Surtout, avant la finale nous avons eu une discussion avec notre entraîneur (Jean-Pierre Michelena). Il nous a demandé de faire ce que nous avions à faire pour ne rien regretter et c’est ce que nous avons fait. On n’a rien lâché pour faire tomber les Espagnols ! Une fois la partie finie, nous avons explosé de joie avec ce sentiment de but accompli. »

Que représente cette victoire à vos yeux ?

« Avec Dan (Necol), Lucas (Hourcourigaray) et David, on vient tout juste de se faire tatouer une étoile sur le bras. Cette victoire est le fruit d’une aventure humaine sans laquelle cette aventure sportive à Barcelone n’aurait existé. C’est le résultat d’énormes sacrifices pour nous et nos familles qui nous ont soutenu pendant ces années d’entraînement. Notre titre est avant tout une reconquête. Nous avons été champions du monde pour la première fois en 2010 et notre défaite en 2014 a été difficile à encaisser. Et huit ans plus tard, nous avons réussi à revenir sur la première marche du podium ! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.