UJS-Roubaix : Battus et frustrés

Un final fou mais une défaite au bout. L’UJS perd un match important face à Roubaix.

La fin de match de folie ressemblait à celles dont l’UJS a le secret : un but égalisateur ou victorieux juste avant le buzzer. Après une seconde période où le rythme était retombé, les spectateurs de La Faourette ont vu quatre buts dans les deux dernières minutes mais, malgré une dernière opportunité, l’UJS ne parvient pas à arracher l’égalisation.

L’UJS débute pourtant bien

Revenons au début du match. Passées les trois premières minutes où Roubaix monopolise le ballon, les locaux se montrent les plus entreprenants. Abdallah Sedira presse, récupère un ballon et se présente face à Haroun mais le gardien international tricolore remporte le duel. La pression continue avec des occasions plus ou moins nettes pour Dansoko, Ahssen ou à nouveau Sedira. Pendant plus de cinq minutes, Carlos reste tranquille dans la cage toulousaine. Pendant ce temps également, le compte des fautes augmente dangereusement des deux côtés alors que le jeu reste correct. Sans doute les arbitres ont-ils placé leur curseur trop strictement. Quatre fautes partout après dix minutes.

Roubaix repart à l’offensive et manque l’ouverture du score. Après un premier tir repoussé, Sissoko récupère le ballon dans l’axe de la surface mais sa frappe manque de force et Carlos s’interpose. C’est ensuite sur une mauvaise passe d’Amine Aberkan que le danger revient mais le fautif se rattrape en coupant la dernière passe. Les deux équipes atteignent la 5e faute, il est temps pour l’UJS qui recommence à subir de poser un temps mort.

Roubaix fait la différence avant la pause

Ce recadrage ne suffit pas, Roubaix pousse encore et trouve la faille par Laaraj. Il reprend en première intention une transversale venue de la gauche. Carlos est battu, la ballon frappe le poteau opposé avant de rentrer. 0-1. Les Nordistes combinent bien et se créent encore des occasions, repoussées par le gardien espagnol ou sa défense. En fin de période, l’UJS retourne dans le camp des visiteurs mais se fait contrer. Sur un ballon aérien, Dansoko et ses partenaires tergiversent. Batista surgit au milieu et prend le ballon de la tête. Il remonte le terrain, fixe Carlos et sert Laaraj qui marque de la tête. 0-2.

Un deuxième acte sur un faux rythme

À la reprise, le rythme retombe et ce n’est pas le souci d’éclairage qui aidera. Goual remet l’UJS dans la course sur la première véritable opportunité de cette seconde période, piquant son ballon devant le gardien. 1-2. Un peu plus tard, Hamcherif et Ahssen manquent d’égaliser en contre-attaque. Le temps passe, Toulouse se crée assez peu d’occasion, Roubaix encore moins. Une tentative de bicyclette d’Ouladboutaher maintient Carlos dans son match. Abdallah Sedira réplique sur une contre-attaque mais, après le duel remporté par Haroun, commet une main volontaire qui place l’UJS à 5 fautes alors qu’il reste plus de 5 minutes. Profitant d’un contre favorable… ou d’une main selon les avis, Roubaix se retrouve face au gradien mais croise trop. Dans la foulée, Goual en pivot ne cadre pas. Le match s’anime à nouveau.

La folie n’a pas suffi

Après leur temps mort, les visiteurs cherchent à garder la possession et grignotent le chrono. À deux minutes de la fin, c’est au tour de l’UJS de prendre un temps mort pour cesser cela. Hélas, Romao est sanctionné pour une faute, la sixième. De Castro trouve la lucarne, sur la droite de Carlos. 1-3. Le portier cède alors sa place à un cinquième joueur de champ, Aberkan. Un surnombre bénéfique puisque Dansoko, depuis l’aile droite trouve Romao, seul au deuxième poteau. 2-3. La réduction de l’écart enflamme le gymnase mais ne suffit pas.

L’UJS poursuit son power play ce qui la rend vulnérable aux contres. Goual en arrête un illicitement. Pénalty et carton rouge. Quatre mètres plus près que la fois précédente, De Castro trompe à nouveau Carlos, de l’autre côté. 2-4, il reste 58 secondes. Comme le but est marqué, l’UJS rejoue immédiatement à cinq. Cinq joueurs de champ, évidemment. Un surnombre bénéfique puisque Dansoko, depuis l’aile droite trouve Romao, seul au deuxième poteau. 3-4. Oui, c’est du copier-coller, aussi bien dans le texte que sur le terrain. Il reste 31 secondes.

Les Toulousains tirent mais sont contrés. Le temps passe lentement puisqu’il est souvent arrêté mais passe inexorablement. Il reste 4 secondes lorsque Roubaix commet une nouvelle faute. Coup franc à une quinzaine de mètres, dans l’axe gauche. Youness Ahssen prend son élan, il passe à Abdallah Sedira sur le même côté. Ce dernier tente de remettre vers Aberkan mais la frappe est trop forte. Le match est terminé. Cruelle fin pour une équipe qui n’a pas lâché et qui regrette plusieurs décisions arbitrales.

▶ La feuille de match
▶ Le classement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.