N2 – Le FENIX 2 réagit en patron

Jamais de mémoire d’entraîneur le FENIX 2 n’était resté invaincu si longtemps. Pourtant, Bègles a mené pendant tout le premier acte.

Leaders depuis leur victoire contre Bruges, les jeunes du FENIX ont ensuite confirmé lors du derby à L’Union. La venue de Bègles qui joue dans le bas de tableau devait être l’occasion de creuser l’écart pendant que ses poursuivants s’affrontent.

L’entame de match est pourtant délicate pour les jeunes Toulousains qui perdent trop de ballons. Très vite, Bègles mène 1-4. Avec un peu d’application les joueurs de Rudi Prisăcaru recollent à 4-5 mais le gardien girondin se réveille et le retard au score réapparait (6-10). Une nouvelle fois, Toulouse recolle grâce à quatre buts de Josh Mongin mais ne parvient à égaliser qu’à une quinzaine de secondes du buzzer. Bègles a le dernier mot avant la pause et mène 15-16. « Le niveau de vigilance n’était pas assez élevé pour être présent dès le début du match face à une équipe de Bègles bien combattive, explique le technicien toulousain. Au fur et à mesure, les gars ont compris que ce serait un match difficile. »

À la reprise, malgré l’exclusion temporaire de Pierre Fréchou, les Toulousains sont les seuls à marquer avec notamment trois buts de Matthieu Marmier (19-16). L’écart se maintient ensuite (21-19, 44e) jusqu’à ce que les visiteurs perdent le chemin du but, ne devant leur sursis qu’aux arrêts de leur gardien Dorian Lenain revenu dans la cage (13 arrêts en tout). 28-20 à sept minutes de la fin. L’écart est fait, il ne bougera plus jusqu’au 32-24 final. « La mi-temps a fait du bien pour débriefer et mettre en place une deuxième période plus cohérente dans l’exigence, l’esprit de combativité et les valeurs. On n’a pas eu besoin de tant de discours, juste quelques ajustements tactiques et un rappel sur pourquoi ils sont là et la manière de travailler. Mentalement, ils ont su réagir, se réjouit Rudi Prisăcaru. Ils ont su réagir et c’est une qualité, je les ai félicités. Je les ai aussi félicités pour le beau parcours jusqu’à présent. »

Il faut dire qu’avec 7 victoires et 1 nul, la réserve du FENIX est invaincue à la trêve même si l’entraîneur ne manque pas de faire remarquer qu’il reste encore trois matchs dans la phase aller. D’ailleurs, les joueurs ne sont pas en vacances : il reste trois semaines d’entraînements car « l’objectif premier c’est la formation ». Un objectif qui va de pair avec la compétition : « La formation est prioritaire. La compétition aussi est prioritaire car l’esprit de compétition fait partie de la formation. »

En outre, les entraîneurs s’attachent à faire tourner l’effectif : « Il faut que tout le monde joue, il faut que tout le monde progresse. Il y a des risques qui sont pris car si un joueur n’est pas en très grande forme, on doit lui donner sa chance. » Pour la reprise du championnat mi-janvier, le FENIX 2 devra poursuivre cette dynamique mais Rudi Prisăcaru met en garde contre les pièges qui attendent son équipe : « Les équipes vont nous attendre d’une autre manière, ça peut nous poser un problème mais c’est aussi un challenge. Ils doivent apprendre à assumer le rôle de leader. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.