Toulouse écrase le Stade Français 49 à 20

Le Stade Toulousain a largement dominé les Parisiens, particulièrement indisciplinés pour cette 11e journée du Top14, et signe ainsi sa 6e victoire consécutive face au Stade Français.

Le fil du match

Le Stade Toulousain conforte sa deuxième place au classement, à trois points de Clermont. Pour ce « clasico » Ugo Mola avait aligné ses internationaux français, à savoir Antoine Dupont et Yoann Huget. Poussant les Parisiens à la faute, les Rouge et Noir ont profité des cartons jaunes de P. Gabrillagues, S. Clément et J. Danty pour mener au score à la fin d’une première mi-temps des plus coriaces (21-10). Malgré un belle résistance du Stade Français réduit à 13 pendant huit longues minutes, Huget, suivi par Marchand ont su marquer les deux premiers essais du match. Et c’est finalement le pied de Ramos qui a creusé l’écart entre les deux équipes (pénalités 14′, 19′, 23′).

Au retour des vestiaires, à nouveau réduits à 14 après le carton jaune de Sekou Macalou (60′), les Parisiens ont cette fois abandonné leurs dernières illusions sur un essai de Romain Ntamack (62′) qui offrait alors le bonus offensif aux Toulousains (35-13) avant que François Cros (65′) puis Maxime Mermoz (75e) ne corsent l’addition. Les Haut-Garonnais ont ainsi fait le plein de confiance avant de retrouver la Coupe d’Europe pour y défier deux fois les Anglais des Wasps dans une poule dont ils occupent la tête.

La réaction de Romain Ntamack

« On signe une grosse performance, on voulait continuer sur notre belle série de victoires et à produire du beau jeu. Même si les conditions ont fait qu’on était sur la réserve en début de match, au fil du temps on a montré qu’on pouvait envoyer du jeu au large. C’était une belle équipe de Paris qui était venue ici pour gagner chez nous. C’était compliqué les 50 premières minutes, mais après on a su trouvé les failles et la clef pour débloquer la situation. Les Parisiens sont venus avec beaucoup d’agressivité et d’engagement, parfois ils sont même allés au-delà de la règle et c’est vrai qu’on n’a pas su vraiment profité de leurs trois cartons jaunes de la première mi-temps. On savait que le retour de la seconde mi-temps allait être compliqué à 15 contre 15, mais on a réussi à jouer les 80 minutes jusqu’au bout sans nous relâcher dès la 50e minute, comme on a pu le faire en début de saison. »

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.