TFC- Lyon : Pourtant si proches…

Le TFC aura mené 75 minutes face à l’armada lyonnaise. Pourtant privés de Gradel, les Toulousains obtiennent un point. Résultat logique ce soir.

La muraille Cahuzac…

Il était écrit que la soirée pourrait être difficile. Privé de Gradel, essentiel au jeu toulousain cette saison mais suspendu, Casanova opte pour une composition surprenante. Le technicien se prive de certains cadres : Garcia, Leya Iseka et Dossevi pourtant très bon dimanche face à Strasbourg étant contraint de suivre le match depuis le banc de touche. Quant à Mubele seul en pointe, cette annonce pré-match laissait l’ensemble des observateurs perplexes.

De leur côté, les Lyonnais ne montrent guère une forme olympique. Malgré leur troisième place au classement, ils restent sur un match nul et une défaite, respectivement à domicile face à Reims (1-1) et face à ses diables d’Alsaciens (1-2).

Dès le début de match, les Toulousains ont mis la pression sur cet adversaire étonnamment friable. Statiques, suffisants, indigents diraient les supporters lyonnais, habitués à de meilleures performances. Après seulement dix minutes de jeu, le jeune Solet dépassé par Jean commit une faute à l’entrée de la surface, point de départ d’une action menant à une série de coups de pied arrêtés. Lors du second corner, Jimmy Durmaz, positionné en 10, ajuste Lopes d’une splendide frappe du droit franchissant la ligne avec l’aide de la transversale (12e ; 1-0).

Dès lors, les Violets décomplexés ont laissé venir des Lyonnais peu réalistes et inspirés. L’équipe de Genesio se heurtant à un précieux Cahuzac. Omniprésent sur Depay, toujours un pied, une tête pour contrecarrer les ambitions offensives des gones. Ils n’auront que trois petites actions à se mettre sous la dent dont la meilleure à la 36e, une frappe de Traoré frolant le poteau de Reynet. M. Buquet renverra les 22 acteurs au vestiaire sur cet avantage et une échauffourée entre Depay et son geôlier du soir, preuve que les Lyonnais et sa star hollandaise n’étaient pas serein ce soir.

Un champion du monde au stadium…

Les joueurs du coach Casanova savaient que cette équipe lyonnaise était une équipe à réaction. Laissant le ballon et les initiatives à ses adversaires du soir, sérieux et appliqués, le premier quart d’heure ressemblait à s’y méprendre à la fin du premier acte. Afin de densifier son secteur offensif, Genesio en dix minutes de jeu fera rentrer Dombele, Ndombele et Fekir, rien que ça… Les Toulousains se contentant de jouer le contre, sûrs de leur force. Et comment ne pas l’être quand Denayer commet une faute de main dans sa surface de réparation sur une des rares incursions violettes. Tout d’abord non sifflée, M. Buquet fait appel au VAR. La decision est sans appel. Pénalty. Durmaz ne tremble pas et inscrit le second but d’une soirée qui s’annonçait à cet instant, parfaite (73e, 2-0). Mais comme toujours, le manque de concentration offre à nos adversaires la possibilité de garder espoir de revenir. Fekir sur l’engagement sert magnifiquement Dembele pour la réduction du score (75e, 2-1). Totalement relancés les hommes d’Aulas vont assiéger les buts de Reynet. Le portier toulousain, peu à son aise ces derniers temps, sauvera plusieurs fois son équipe. Mais que faire quand un champion du monde pose le ballon à 20 mètres pour un coup-franc, Jullien ayant eu le mauvais réflexe de retenir Dembele par le maillot. Fekir exécute les Toulousains d’une frappe magistrale en pleine lucarne faisant chavirer le virage Ouest, copieusement garni de supporter lyonnais pour l’égalisation (87e, 2-2).

Les sept dernières minutes de temps règlementaire semblaient une éternité. Au coup de sifflet final, les Toulousains ayant mené 75 minutes auront certainement des regrets, mais ils auraient, tout comme nous, probablement signé pour un tel résultat avant le début de la rencontre.

Les meilleurs Toulousains : Cahuzac, Durmaz, Reynet.

Feuille de match

Toulouse FC – Olympique Lyonnais : 1-0 (1-0 m.t.)
Stadium de Toulouse, 15000 spectateurs, temps froid, pelouse en bon état.
Arbitré par Buquet Ruddy.

Toulouse FC
Composition : Reynet (g), Amian, Cahuzac (c), Moubandje, Moreira, Jullien, Sidibe, Sangare, Durmaz (Diakité 88e), Mubele (Leya iseka 80e), Jean (Dossevi 70e).
Remplaçants non entrés : Goicoechea (g), Bostock,  Garcia, Sanogo.
Entraîneur : Alain Casanova.

Olympique Lyonnais
Composition : Lopes (g) (c), Denayer, Morel, Mendy, Tete, Solet (Ndombele 60e), Aouar, Tousart (Fekir 60e), Traoré, Depay, Cornet (Dembele 68e).
Remplaçants non entrés : Gorgelin (g), Marcelo, Dubois, Terrier.
Entraîneur : Bruno Genesio.

Buts
TFC : Durmaz (12e), (73e) sp;
OL : Dembele (75e), Fekir (87e).

Discipline
TFC : Cahuzac (46e), Moubandje (53e), Jullien (86e) Moreira (95e);
OL : Solet (10e), Depay (46e), Morel (78e)

 Le classement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.