CN – L’UJS gâche sa fête

Plus incisif, Chavanoz s’impose au Palais des Sports malgré les deux divisions de déficit.

Guère impressionné par l’écart de divisions, Chavanoz se montre entreprenant dès le coup d’envoi. Un premier tir de Sofiane Nasri, contré par Christopher Romao puis un jeu en triangle qui pousse Aziz Adham à sortir et encore un tir de Bentterki sorti par le même gardien. L’UJS n’a pas encore menacé Haouli, le gardien isérois. Aussi bien Toulouse que Chavanoz proposent un pressing haut mais les visiteurs, bien que gênés, s’en sortent mieux avec quelques attaques rapides dangereuses.

L’UJS prend le dessus

Le match aurait pu basculer à la quatrième minute. Lancé en profondeur par Karamba Dansoko, Youness Ahssen décale le ballon au devant de Haouli qui le percute dans l’instant suivant. L’arbitre sanctionne alors le gardien d’un simple avertissement. Un choix surprenant mais qui sera cohérent avec la suite des décisions. Sur le coup franc, Ahssen décale Dansoko mais sa frappe manque de puissance pour tromper Haouli. Une minute après, on retrouve les deux mêmes compères, Dansoko servant d’appui à Ahssen qui ouvre le score après une belle période de possession toulousaine. 1-0.

 

Ne laissez pas Chavanoz jouer !

L’UJS poursuit ce jeu de possession qui a marché mais les Chavanoziens reviennent peu à peu. Betterki tente sa chance des 10 mètres. Sofiane Nasri trouve le poteau. Encore un jaune se présente face à Adham mais ne cadre pas. Un ballon traîne encore dans la surface toulousaine. C’est compliqué pour l’UJS. Derrière, Adham est vigilent ; il sort même de la tête pour devancer Belkaibech qui le percute à retardement. Jaune pour l’Isérois et une blessure qui poussera le gardien toulousain à sortir prématurément en fin de match. Ce choc ne pousse pas les rouges à la révolte. Ils subissent. Une talonnade de Belkaibech pour Sofiane Nasri et Chavanoz égalise. 1-1. Bacar et Karour combinent ensuite dans la surface pour éliminer un Adham bien seul. 1-2. Le Petit Poucet sort les crocs. Et malgré un temps mort d’Hector Nuñez, il pousse encore.

Lluís Visa sauve la mise

Était-ce pour faire souffler son équipe ? Le coach isérois pose à son tour un temps mort alors que le FCC semblait contrôler. Cela permettra à Toulouse de se réveiller juste avant la pause. Après une frappe d’Amine Aberkan, Lluís Visa est le plus prompt sur le deuxième ballon et égalise. 2-2. Une obstruction de Rochdi Saffi donne une sixième faute d’équipe un peu sévère et donc un tir franc mais Haouli repousse le tir frappé au sol par Ahssen. Dans la dernière minute, le renard espagnol frappe à nouveau, suite à une frappe de Jamel Chahdane cette fois. 3-2. Betterki aura la dernière occasion de la période mais sa frappe flirte avec le poteau, du bon côté pour les Toulousains qui rentrent donc en tête au vestiaire.

Hors du coup…

Après la reprise, Amine Aberkan met fin à un long round d’observation avec un tir non cadré mais c’est surtout Betterki qui marque la reprise des hostilités avec une reprise au deuxième poteau manquée. Quelques secondes plus tard, Sofiane Nasri, excentré, prend Adham par surprise avec une frappe sous la barre. 3-3. Jamel Chahdane crée de petites occasions pour l’UJS mais avec une passe en profondeur trop longue ou un tir trop lointain, Chavanoz ne tremble pas. C’est même Sofiane Nasri qui insiste et sollicite encore Adham. Finalement c’est Dahdi Nasri qui sert d’appui à Belkaibech pour une frappe à ras de terre. 3-4. Ça fait tâche. Alors l’UJS réagit. On retrouve souvent Ahssen et Dansoko dans les bons coups mais Haouli maintient l’avance de son équipe. À dominer sans marquer, l’UJS s’expose. Ayant repris confiance grâce à cette bonne période, les Toulousains repartent de bas. Très bas. Une passe mal assurée d’Ahssen devant sa surface et Bacar profite du deux contre un pour marquer. 3-5.

Le tout pour le tout

À six minutes et demie du terme, Sedira remplace Carlos — lui-même entré quelques minutes avant — et l’UJS tente le power play. Mais le manque de précision des passes manque d’être fatal. Une demi-interception d’abord, puis une touche jouée avant que Carlos ne revienne et Chavanoz trouve le poteau alors que la cage était vide. Finalement cela semble payer puisque Christopher Romao est à la conclusion d’une très belle attaque lancée par Ahssen dans l’axe. Il trouve Dansoko à droite qui lui remet dans l’intervalle et Ahssen prolonge au deuxième poteau pour Romao. Propre. 4-5. Une nouvelle perte de balle semble clore le suspens. Betterki remonte le terrain face à Sedira, toujours affublé de la chasuble, et marque finalement dans la cage désertée. 4-6.

Fini ? Pas sûr. D’accord, le temps presse. Mais après le temps mort toulousain, Romao est encore bien présent au deuxième poteau pour marquer. Bis repetita. 5-6. Toulouse insiste en power play. Chavanoz manque une nouvelle fois de refaire le break avec un tir lointain qui fuit la cage vide mais Betterki ne se rate pas. Bis repetita. 5-7. Il reste 69 secondes et la messe est dite. La dernière occasion sera même chavanozienne avec une nouvelle interception mais Ahssen qui avait hérité de la chasuble détourne de la tête.

Le FC Chavanoz peut exulter, il accède aux seizièmes de finale. Pour l’UJS Toulouse, la coupe est déjà finie, place à l’opération maintien. Mais ce samedi soir, c’était surtout la soupe à la grimace.

Feuille de match

UJS Toulouse – FC Chavanoz : 5-7 (3-2 m.t.)
Palais des Sports André-Brouat
Arbitré par Joël Fernandes et Ahmed Ben Bouazza.

UJS Toulouse
Cinq de départ : Adham (g), Abdelhamid, Ahssen (c), Romao, Dansoko.
Remplaçants : Carlos (g), Aberkan, Chahdane, Sedira, O. Hallak, Lluís Visa, Saïd.
Entraîneurs : Hector Nuñez et Pablo Martinez.

FC Chavanoz
Cinq de départ : Haouli (g), R. Saffi (c), D. Nasri, Betterki, S. Nasri.
Remplaçants : Riochi (g), Abdellaziz, Belkaybech, Chaman, Karour, Ouchane, Bacar.
Entraîneur : Issa Saffi.

Buts
UJS : Ahssen (5e), Lluís Visa (18e, 20e), Romao (34e, 37e) ;
FCC : S. Nasri (11e, 23 e), Karour (12e), Belkaibech (26e), Bacar (32e), Betterki (37e, 39e).

Discipline
UJS : Chahdane (11e), Sedira (31e), Romao (31e) ; 3+3 fautes ;
FCC :
Haouli (4e), Belkaibech (11e), S. Nasri (28e) ; 6+3 fautes.

Commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.