Verdict le 8 avril pour l’affaire Novès

Aujourd’hui avait lieu l’audience opposant Guy Noves et la Fédération Française de Rugby (FFR) au Conseil de Prud’hommes de Toulouse. L’ancien sélectionneur, licencié pour faute grave, conteste son licenciement et demande 2,9 millions de dommages et intérêts. Toulousesport y était.

C’est dans une salle comble que s’est déroulée l’audience. Si Guy Novès était bien présent, ni Bernard Laporte (Président de la FFR) ni Serge Simon (vice-Président) n’ont fait le déplacement. Durant plus d’1h30, les conseillers prud’homaux ont vu se succéder à la barre les deux avocats des deux parties au procès.

Maitre Nougarolis, avocat de Guy Novès, a démontré pendant quarante cinq minutes que le licenciement pour faute de son client était injustifié. Pour ce faire, il s’est basé sur les termes du contrat de travail, sur des articles de presse, sur des déclarations de joueurs mais aussi sur les propos de Bernard Laporte. Le Président de la FFR avait notamment déclaré que Guy Novès n’avait pas commis de faute et que le motif de licenciement de faute grave, « c’était pour aller plus vite ».

S’en est suivi la plaidoirie, remarquée, de Maitre Aguera, avocat de la Fédération Française de Rugby. Très virulent à l’encontre de Guy Novès, l’avocat de la défense, après avoir attaqué l’égo et l’orgueil de l’ancien sélectionneur, a mis en avant une altercation lors d’une séance d’entrainement ainsi que des problèmes de management conduisant aux mauvais résultats. L’avocat de la FFR a également évoqué les sommes « irraisonnables » demandées par Guy Novès (2,9 millions d’euros) et le refus du sélectionneur de venir à l’audit. Répondant à une question d’un conseiller prud’homal, Maitre Aguera a conclu en disant qu’il n’y avait pas eu d’audit. La séance s’est terminée sous la protestation de la salle.

Le Conseil de Prud’hommes rendra sa décision le 8 avril 2019 en audience publique.

 

Guy Novès : « Entendre une série de mensonges comme ça, cela ne fait jamais plaisir […] Cette affaire est une souffrance, cela fait 14 mois que je vis avec une bâche sur la tête ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.