TFC – C’est encore raté

À Toulouse le soleil brille depuis un petit moment sauf au-dessus du Stadium et de l’île du Ramier où les toulousains ont pris l’habitude de ne plus gagner.

Ce dimanche 24 février, nos Téfécistes se doivent impérativement de gagner pour connaître une fin de saison moins délicate que la précédente. La réception de Caen, actuel 19e de Ligue 1, ne devrait poser aucun problème à nos Violets mais ces derniers ont pris la fâcheuse habitude de relancer les équipes en détresse.

C’est une première mi-temps où les deux équipes se sont rendus coup pour coup. Nous pouvons encore souligner le manque de réussite des joueurs toulousains au moment de conclure. Il a semblé que les joueurs violets avaient pris le dessus.

Mais Caen, emmené par le diable de Casimir Ninga, obtient un corner. Sur ce dernier, les Caennais pensent avoir ouvert le score mais l’arbitre refuse très rapidement. Puis fait appel à la VAR qui finira par invalider ce but, à la quinzième minute, pour une faute peu évidente sur Baptiste Reynet. Les esprits s’échauffent, le match se tend dans duel de mal classés.

Ce but refusé aura eu le mérite de réveiller les Toulousains puisque, comme à leur habitude, il faut qu’ils se retrouvent acculés et secoués pour réagir. Et c’est Jimmy Durmaz qui nous gratifie d’une superbe frappe d’une vingtaine de mètres bien sortie par Brice Samba. Deux minutes plus tard, Yaya Sanogo fait parler sa taille pour une tête décroisée qui ne trouvera pas le cadre. Malgré un premier quart d’heure timide, les joueurs du TFC ont été à la hauteur du rendez-vous lors de ce premier acte, sans pour autant trouver la faille. Une frappe de Sangaré puis une autre de Sanogo auraient pu faire basculer cette rencontre mais elles sont toutes deux sur Brice Samba. Une nouvelle double occasion pour les joueurs du TFC qui n’arrivent pas à conclure comme si la malédiction devait perpétuer.

Et sur une dernière incursion des attaquants caennais dans la surface de réparation toulousaine, Tchokounté qui avait été peu en vue jusque-là tente sa chance et voit sa tentative déviée par Baptiste Reynet sur Enzo Crivelli qui, en renard des surfaces, ouvre le score avant la pause.

Les Toulousains reviennent des vestiaires avec de bien meilleures intentions. Le bloc des protégés d’Alain Casanova joue plus haut. Les Violets se procurent une fois de plus une occasion par l’intermédiaire de Yaya Sanogo dont la frappe est détournée par un Brice Samba des grands jours.

Les joueurs de Caen l’ont bien compris, il y a un coup à faire cet après-midi à Toulouse. Le positionnement tactique en 5-3-2 déjà utilisé à Strasbourg a l’air d’avoir revigoré cette équipe caennaise de Rolland Courbis. Ils abandonnent toutefois la possession de balle et ne procèdent qu’en contre. À l’inverse, les Toulousains n’arrivent plus à grand-chose, passé l’heure de jeu. Ils sont même fébriles. Et manquent de peu de se faire punir par Casimir Ninga qui met à contribution Baptiste Reynet. Après 20 grosses minutes stériles, les Violets poussent et Christopher Jullien après un gros travail face à la défense adverse décoche un tir mais Samba s’interpose. Sur l’action suivante, Mathieu Dossevi auteur d’un joli numéro alliant technique et vitesse trouvera lui aussi Brice Samba sur sa route.

Alain Casanova aura au fil de la rencontre tenté de changer le cours du jeu par les entrées de Manu Garcia et Corentin Jean. Côté caennais, Diomandé héritera de son second carton jaune et sera donc logiquement exclu à une minute de la fin du temps réglementaire. Sa faute offre une dernière cartouche sur coup franc aux Toulousains. À 20 mètres des buts de Brice Samba, le meilleur réalisateur toulousain, Max Alain Gradel, frappe et, d’un tir limpide, bat enfin Brice Samba. Un partout.

Encore une fois, c’est un TFC stérile qui a dominé les débats aujourd’hui mais n’a toujours pas réussi à gagner à domicile. Un match nul qui n’arrange personne dans la course au maintien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.