La victoire est pour Guy Novès

Le Conseil des Prud’hommes de Toulouse a rendu sa décision concernant l’affaire Novès/FFR. L’ancien sélectionneur se verra verser 1 million d’euros pour son licenciement.

Un million d’euros, c’est la somme que devra verser la Fédération Française de Rugby (FFR) à Guy Novès pour « rupture anticipée abusive du contrat de travail sans faute grave, […] circonstances vexatoires et préjudice moral ». Le Conseil des prud’hommes a donc débouté la FFR sur l’existence d’une faute grave conduisant au licenciement de l’ex-sélectionneur ainsi que pour la requalification du contrat à durée déterminé (CDD) en contrat à durée indéterminé (CDI)

L’ancien sélectionneur, qui demandait 2,9 millions, a été quant à lui, débouté de certaines sommes demandées (total de 1 494 521 euros) notamment pour harcèlement moral. Les conseillers prud’homaux ont constaté qu’aucun élément de faits et de preuves n’existait pour condamner la FFR à verser la somme demandée, le doute ne profitant pas au salarié.

Contacté par nos confères de RMC Sport, Maître Aguera, l’avocat de la FFR, absent cet après-midi, s’est montré satisfait. La Fédération ne devrait pas faire appel, pas plus que Guy Novès qui l’a confirmé à la sortie des prud’hommes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.