D2F – Le TFC doit encore lutter

À trois journées de la fin, le Toulouse FC n’a pas encore assuré son maintien en D2. Il a toutes les cartes en main mais une marge de manœuvre limitée.

Qu’il est loin le temps où le TFC féminin jouait la coupe d’Europe…
Après avoir joué le maintien en D1, puis fait le yoyo entre les deux divisions nationales, les Violettes se sont habituées aux pelouses de D2. Désormais, leur maintien dans cette division est aussi menacé. À trois journées de la fin, les Toulousaines sont a égalité avec les dixièmes (Nancy), un place qui les enverrait jouer des barrages bien inconfortables.

Une D2 à étages

Tout en haut de la D2, trois équipes jouent encore la montée : Saint-Étienne, Marseille et Yzeure. Exempte pour cette 24e journée, l’équipe de la banlieue de Moulins pourrait bien se retrouver hors course dimanche soir.

On trouve ensuite le ventre mou, cinq clubs qui sont sportivement assurés de rester dans cette division : Vendenheim, Ambilly, Albi, Grenoble — prochain adversaire du TFC — et Montauban.

Vient alors le Toulouse FC qui lutte pour son maintien face à trois adversaires d’Alsace-Lorraine : Nancy, Strasbourg et Metz. Parmi ces quatre équipes, une seule sera directement sauvée, une autre devra batailler dans la phase d’accession nationale et les deux dernières retourneront dans leur ligue régionale.

Enfin, dans les abysses du classement, on trouve la malheureuse AS Portet CR, officiellement reléguée au soir de la 22e journée, après un match nul contre les Violettes.

Trois journées pour se sauver

Le menu du maintien

Pendant que ses deux principaux rivaux affrontent les meilleures équipes de la division, le TFC a l’occasion de prendre de l’avance. Le déplacement à Grenoble n’aura rien d’une partie de plaisir, surtout pour des Toulousaines qui peinent en déplacement (deux victoires : Nancy et Strasbourg, pour un nul à Portet et sept défaites) mais que dire des matchs contre Saint-Étienne et Marseille. Pendant ce temps, une performance (nul ou victoire) des Portésiennes sur les rives de la Moselle éliminerait définitivement l’ESAP Metz.

Viendra ensuite le match crucial contre Nancy, un match programmé le dimanche de Pâques à 15 heures, au stade habituel des Violettes : le stade Just-Fontaine de Labège. Si demain, le TFC fait au moins aussi bien à Grenoble que Nancy contre les Stéphanoises, une victoire à Labège assurerait le maintien de nos Toulousaines avant même d’aller à Vendenheim — sous réserve que Strasbourg n’accomplisse pas deux exploits. Et si le TFC venait à gagner à Grenoble pendant que Saint-Étienne l’emportait à Nancy, un nul à Labège serait également synonyme de maintien.

Avant d’aller à Vendenheim pour la dernière journée, il serait bon que le TFC soit déjà sauvé car, sans faire injure aux Portésiennes qui se sont battues toute la saison, il vaut sans doute mieux accuillir Portet que d’aller dans le Bas-Rhin. Voilà pourquoi le déplacement à Grenoble est déjà décisif.

Commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.