Clémentine Thomar, Toulousaine et triple championne du monde?

Clémentine Thomar, jeune étudiante en Droit, commence à se préparer pour sa troisième coupe du monde.

Mordue de sport depuis la tendre enfance, c’est au lycée que Clémentine Thomar découvre le baby-foot. « C’est mes parents qui m’ont fait découvrir l’existence des clubs et à la fin du bac ils m’ont inscrits à Toulouse. » La première saison était faite de découverte afin que les suivantes puissent être faites de compétitions. En cette fin de saison, arrive une grosse échéance pour l’étudiante en droit : la coupe du monde par équipe du 2 au 7 juillet, à Murcie en Espagne. Une compétition où les joueuses joueront sur les tables recensées par le Fédération internationale (5), chaque pays a le choix de la table et ramène la sienne.

Équipe de France pour Murcie

«Pour nous c’est nos Jeux Olympiques, à la différence que c’est tout les deux ans», les Françaises sont doubles tenantes en titre, vainqueur en 2015 à Turin, puis en 2017 à Hambourg. «Il va falloir remettre ça et garder la médaille, tout en sachant que les autres nations s’entraînent énormément», espère Clémentine, qui se réjouit de faire partie de cette équipe de France avec des filles «qui ont de très grandes carrières dans le football de table». Mais la jeune joueuse évoque un problème, c’est leur «difficulté à se retrouver pour s’entraîner ensemble. Nous venons des quatre coins de la France, Le Mans, Bretagne, Marseille.. De plus, qui dit féminine, dit des mamans, des personnes qui travaillent, des étudiantes, si on veut allier les deux c’est compliqué de faire des week-end Équipe de France ». Pour pallier au manque d’automatisme ensemble, les filles s’entraînent chacune de leur côté et essayent de faire les même tournois. «Pour la coupe du monde du mercredi au vendredi avant le début de la compétition, on va toute jouer individuellement ou en double, donc on sera quand même préparé et on sera ensemble», se rassure la Toulousaine qui veut «chanter l’hymne national et soulever la coupe avec toute l’équipe».

«La détermination est très importante»

Clémentine Thomar nous a dévoilé quelles sont les qualités nécessaires pour être un bon joueur de foot de table. D’abord il y a «une question de niveau, ce qui demande beaucoup d’entrainement», mais cela ne s’arrête pas la. «Être énergique, combatif et déterminé, sont des aspects non négligeables. Il faut être capable de se dire je vais remonter le score, quand sur un match en 21 points on en a 8 et qu’en face ils sont déjà à 18». Le babyfoot est un sport sur un petit terrain, un espace réduit qui rend la tension des matchs encore plus pesante, chaque «centimètre gagné est important et à contrario la force, taper comme un bourrin n’apporte rien, à part faire du bruit». La Toulousaine parle aussi de la vision de jeu, réussir «à trouver ce qui marche face à un adversaire et le répéter tant que ça va au fond. Sauf que pour le passer il faut le reproduire faut avoir la technique, puis la maîtriser et être sûr de soi». Pour donner un exemple que l’aspect mental est un très gros facteur, de nombreux joueurs de l’équipe de France masculine n’ont pas réussi à se qualifier pour les championnats de France. Comme dans tout sport, la régularité des performances permettent de percevoir qu’elles sont les meilleurs joueurs ou joueuses.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.