Blagnac remporte le match aller

Blagnac accueillait Bourgoin-Jallieu dans le cadre du quart de finale aller du Trophée Jean-Prat

Trois jours après l’annonce de la FFR et l’acquiescement du président Benoît Trey, sur le fait que Blagnac ne pouvait pas monter en Pro D2, les Caouecs accueillaient Bourgoin-Jallieu dans le cadre du match aller du quart de finale du Trophée Jean-Prat. Malgré une journée remplie d’averse c’est dans des conditions idéales que la rencontre aller se dérouler.

Blagnac produit, mais Blagnac surpris

Dans une première mi-temps marquée par l’interruption du match pendant plus de quinze minutes, à cause de l’extinction impromptue des lumières, ce sont les joueurs de Deylaud qui ont produit le jeu avant d’être surpris à la 22e minutes. Plusieurs temps de jeu pour un essai assassin, à la suite d’un ballon perdu dans les 22 mètres Isérois. Le centre Berjallien Bosh prolonge au pied, à la course le pilier de Blagnac Zipf n’a pas pu faire face à la vitesse de l’ailier Nicolas. Essai en coin transformé par Cachet, ce sera le plus grand écart au score de la partie, 10 à 3 pour Bourgoin.

Duel de buteur

85 % de réussite au pied côté Blagnac (6/7), pour seulement 57 % pour Bourgoin-Jallieu (4/7). Les trois échecs de l’arrière ciel et blanc, Nicolas Cachet auront coûté cher. À contrario la botte d’Augustin permet de recoller à 9-13, à la mi-temps en faveur des Berjalliens. Menés 16 à 12 les hommes du trio Deylaud, Escribano, Fuertes vont faire 10 grosses dernières minutes. Bourgoin à court de force, peine physiquement et subit les assauts Haut-Garonnais sans concéder d’essai mais en perdant sur le fil 21 à 16.

«Le groupe a été courageux pour revenir dans le match»

Blagnac gagne l’acte I, mais rien n’est joué dans ce quart de finale du Trophée Jean-Prat. Les Caouecs bénéficient de cinq petits points d’avance avant le match retour la semaine prochaine au stade Pierre Rajon. L’arrière Vernetti se réjouit de la réaction de ses coéquipiers, «on est une vraie bande de copains, ça a été dur avec la coupure électrique qui nous a coupée les jambes, mais grâce au courage le groupe a pu revenir dans le match». Le talonneur Piffero rejoint les propos de son quinze, «de toute façon faut qu’on aille gagner à Bourgoin». En face, Antoine Renaud est assez déçu, «on a des éléments qui nous font mal, on blesse nos deux piliers à l’échauffement, du coup on le paye à la fin du match avec ce terrain lourd». Les deux longs déplacements à Nice ont pesé lourd, la récupération est le mot d’ordre côté Berjallien. L’entraîneur Fabien Boyet s’amuse de l’énergie dépensée ce soir, «nous avons 7 heures de bus, du coup on va les mettre dans le formol, les faire bien se reposer pour qu’ils soient frais la semaine prochaine». Rendez-vous est donné des deux côtés, samedi 4 mai à 19h au Stade Pierre Rajon.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.