Jean-Victor Makengo « on se doit d’être au maximum et en mode tueur »

JV Makengo (13/02/2020) Conférence de presse TFCOGCN.

Toulousesport.fr était en conférence de presse pour recueillir  les propos de J-V Makengo aux micros des journalistes toulousains.

 

Tu sors d’une très grosse performance contre Marseille le Weekend dernier, tu n’avais pas disputé de match entier depuis longtemps, comment te sens-tu ?

Je me sens très bien. J’ai de très bonnes sensations, j’ai énormément bossé durent cette période et je suis content d’être de retour.

Nous t’avons senti très hargneux sur ce match, tu es revanchard sur cette période très compliquée ?

Je pense qu’inconsciemment, on l’est forcément dans ce genre de situation. C’était très frustrant. Mais j’avais cette hargne que j’ai et que je ne vais pas perdre jusqu’à la fin de la saison.

Tu avais réalisé un excellent début de saison avec le coach Casa. Ta baisse de régime est arrivée quand Kombouaré est arrivé, tu as beaucoup moins joué, comment tu l’expliques ?

Je n’ai pas eu l’occasion de m’exprimer sur le terrain quand le coach Kombouaré était là donc une baisse de régime… Je n’ai surtout pas pu m’exprimer et cela m’a frustré.

Justement, durant cette période où tu n’as pas beaucoup joué, tu t’es demandé si tu n’allais pas repartir pour être prêté dans un autre club ?

Je me suis posé des questions, mais mon but a toujours été d’aider le club à rester en Ligue 1. Je ne suis pas un lâcheur, j’ai toujours voulu rester ici.

La saison est très difficile, est-ce que cela te rappelle l’époque où tu étais à Caen, les saisons compliquées et où finalement cela se terminait bien ?

Oui, c’est une situation similaire, mais là pour le coup, la saison n’est pas terminée. Mais effectivement à Caen, on s’est sauvé quelques fois et il va falloir faire de même.

Est-ce que ton expérience sur ces situations difficiles, des luttes pour le maintien, tu parles aux autres et aux jeunes qui ne connaissent pas ça ?

Oui, je parle de mon expérience, de ma jeune carrière. J’explique comment cela s’est passé et j’essaie de donner les ingrédients et les choses qui font mettre en pratique sur et hors du terrain pour mettre un maximum de chance de notre côté.

Dans quel état d’esprit est le groupe ?

Nous arrivons le matin pour bosser énormément. Dans cette situation, on se doit encore plus d’être humble et de travailler. Tout le monde donne le maximum pour mettre toutes les chances de notre côté.

Depuis plusieurs semaines vous êtes mieux dans le jeu, avec peu de réussite, vous auriez pu prendre des points, n’est-ce pas frustrant ?

C’est frustrant sur le coup, durant l’après-match, car on aimerait que cela se passe autrement, mais dès le lundi, on est obligé de se mettre en mode guerrier et repartir au charbon.

Cela ne vous pèse pas quand même de voir les semaines, les mois qui passent et cette série incroyable de 4 mois sans victoire ?

Comme je l’ai dit, c’est surtout sur les après-matches que nous sommes très frustrés mais nous ne pouvons pas nous permettre de le rester. La saison n’est pas terminée. Il reste encore des matches et la situation est encore entre guillemets entre nos mains. Si on enchaîne avec une série, on sera vite revenu. Le tout est de vite se remobiliser et de travailler dur la semaine.

L’écart commence à être conséquent là … Vous regardez le classement ?

Oui bien sûr, on le regarde, la situation est telle qu’elle est, il ne faut pas se voiler la face. Mais on n’est pas à 2 journées de la fin donc il faut continuer à bosser et tout faire pour inverser la tendance.

Comment vous appréhendez le match face à des joueurs que vous connaissez (il est prêté par le club de Nice.) ?

Toujours de la même façon, je l’aborde comme les autres matches. C’est toujours particulier de jouer contre son ancien club, mais le fait est que dans la situation où l’on est, je ne peux pas me permettre d’être nostalgique. Je dois me concentrer sur mon match. On se verra à la fin du match et on pourra parler tranquillement.

Vous avez apporté dans la transition offensive à Marseille, est-ce que c’est le coach qui vous a demandé cela et que pouvez-vous apporter pour vous installer en tant que titulaire ?

C’est ce que je faisais en début de saison et que je dois continuer à faire. Je dois percuter, aller de l’avant, casser des lignes balle aux pieds, par la passe, par des courses. Je dois être aussi acharné sur le travail défensif, nous devons tous être à 100 % sur ce point.

À l’aller en décembre, cela fait 3-0 pour Nice, est-ce qu’il y a un esprit de revanche ou c’est loin tout ça ?

Si, il y a un esprit de revanche, on est obligé d’être revanchard ! Après maintenant, tous les matches qui nous restent sont des finales, on se doit d’être au maximum et en mode tueur, au maximum pour avoir le meilleur résultats possibles.

XL

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.