Top 14 – Moins de journées, plus d’équipes ? C’est possible !

Au-delà de l’achèvement très incertain de la saison en cours, l’organisation de la saison 2020-2021 donne des maux de têtes à toutes les fédérations et ligues. Entre des divisions plus fournies en raison des montées plus importantes que les descentes et des matchs internationaux reportés, dur de caser toutes les rencontres. Prenant la place de Paul Goze, nous avons imaginé une solution qui pourrait tenir la route pour le Top 14. Enfin, le Top 16.

Comme nombre de ses semblables, nous avons imaginé que la LNR préférerait maintenir les derniers de Top 14 tout en promouvant les premiers de Pro D2. Un peu pour le plaisir de voir Colomiers Rugby de retour dans l’élite, mais surtout parce qu’il nous faut bien un postulat de départ. Nous aurions donc 16 équipes sur la ligne de départ de notre Top 16 2020-2021 : le quatorze équipes présentes cette saison, accompagnées de Colomiers et Perpignan.

Des contraintes contradictoires

En raison de la décision (supposée) de l’EPCR de jouer les phases finales de coupe d’Europe en septembre et de la volonté de la FFR de disputer encore plus de matchs pendant la tournée d’automne, le nombre de week-ends libres s’annonce restreint. En effet, cet article étant purement fictionnel, nous supposerons que les instances quinzistes ont décidé de limiter les doublons. Désolé pour le manque de réalisme. Plutôt que les 29 dates prévues (26 journées de phase régulière et 3 de phase finale) dont 3 doublons, nous n’aurions droit qu’à 25 dates. À côté de ça, Canal+ nous soutient mais hors de question de diffuser moins que les 188 matchs prévus.

La classe américaine

Inévitablement, il n’est pas possible dans ces conditions d’effectuer un championnat où toutes les équipes se rencontrent en matchs aller-retour. Allons puiser notre première inspiration dans les sports américains comme a su le faire le Pro14 il y a quelques saisons. Nous répartissons nos 16 équipes en deux groupes. Non pas des poules comme au début des années 2000 mais des conférences. Huit équipes dans la conférence A, autant dans la conférence B. Chaque équipe affronte en aller-retour ses sept adversaires de la conférence au cours de 14 journées. Comme dans des poules donc. Cependant au lieu de disputer une deuxième phase de poule avant une phase finale, nous avons une autre solution pour la saison régulière : des rencontres inter-conférences. Chaque équipe affronterait également une fois chaque club de la conférence opposée, quatre fois à domicile, quatre fois à l’extérieur. Ces rencontres inter-conférences peuvent être mêlées dans le calendrier aux rencontre intra-conférences, être placées sur des journées disséminées dans le calendrier ou encore être groupées entre la phase aller et la phase retour.

À la fin de ces 22 journées, nous aurions donc terminé la saison régulière avec dans chaque conférence un classement du premier au huitième, chaque équipe ayant affronté au moins une fois les quinze autres.

Une phase finale à l’ancienne

Nos phases finales auraient un air de Fédérale avec des quarts de finales pour les quatre premiers de chaque conférence dans un tableau bien conçu : le premier de la conférence A affronte le quatrième de l’autre conférence , le vainqueur retrouvant en demi-finale soit le deuxième de la conférence B, soit le troisième de la conférence A. Après ces quatre quarts de finales chez les premiers et deuxième de conférence viennent les demi-finales à Nice comme c’était prévu pour 2020 et enfin la grande finale au Stade de France.

Le maintien jusqu’au bout

Afin de revenir à un format plus classique de 14 équipes pour l’année suivante, trois équipes devront être reléguées à la fin de la saison tandis qu’une seule sera promu. Nous proposons un format qui peut paraître abscons au premier regard mais qui présente bien des avantages. Il implique les trois derniers de chaque conférence tout en donnant un avantage aux sixièmes sur les septièmes et encore plus sur les huitièmes ce qui doit pousser chaque équipe à ne rien lâcher, chaque place gagnée donnant un avantage substantiel. Les simples spectateurs auront du suspense tout au long des trois tours de maintien avec à chaque week-end un club condamné et un club sauvé. Et enfin, il n’y a pas calcul pour les clubs qui ont tout intérêt à gagner chaque match.

Au premier tour, les sixièmes d’une part, les septièmes d’autre part et enfin les huitièmes s’affrontent sur le terrain de celui qui présente le meilleur bilan. Le sixième qui l’emporte valide son maintien ; le huitième battu est relégué. Au deuxième tour, le sixième perdant accueille le septième vainqueur avec à la clé le maintien pour l’équipe victorieuse. Dans le même temps, le septième battu et le huitième encore en lice s’affronte pour éviter la place de deuxième relégué. Enfin, le troisième tour se résume à un match décisif entre les deux dernière équipes encore en lice.

Avec ce système, il suffit d’une victoire à un sixième pour se maintenir tandis qu’un septième doit remporter deux matchs sur un maximum de trois et seul le huitième qui parvient à enchaîner trois succès se maintiendrait également.

Et voilà le résultat !

À l’issue des 176 matchs de saison régulière, quatorze équipe disputeront encore des matchs pour le titre ou le maintien : 7 matchs de phase finale, 6 pour le maintien. On aurait pu aussi ajouter des barrages pour la qualification en coupe d’Europe mais on tient déjà nos 189 rencontres qui satisferont Canal. Il ne nous reste qu’à mettre en place les conférences.

S’appuyant sur le classement de la saison courante, et selon le système du serpentin en vigueur pour les hockeyeurs et volleyeurs, nous aurions les conférences suivantes :

  1. Union Bordeaux-Bègles
  2. RC Toulon
  3. Stade Rochelais
  4. Montpellier Hérault Rugby
  5. Aviron Bayonnais
  6. Section Paloise
  7. SU Agen
  8. USA Perpignan
  1. LOU Rugby
  2. Racing 92
  3. ASM Clermont
  4. Stade Toulousain
  5. Castres Olympique
  6. CA Brive
  7. Stade Français Paris
  8. Colomiers Rugby

Quels seraient les classements du Stade et de Colomiers dans cette deuxième conférence bien relevée ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.