Le FENIX européen ?

« La LNH proposera à l’EHF les dossiers de [… et] Toulouse pour l’European Handball League. » Voici tous les élements pour comprendre le dilemme actuel des dirigeants du FENIX… et rêver déjà d’Europe.

En annonçant la fin de ses compétitions pour la saison 2019-2020, le Ligue Nationale de Handball a confirmé que la cinquième place du FENIX Toulouse Handball lui permet de prétendre participer à la nouvelle European Handball League, le nouveau nom d’une Coupe de l’EHF remodelée. À quoi ressemble cette compétition et quel pourrait-être le programme du FENIX ?

Une compétition plus relevée

Le premier changement pour les coupes d’Europe handball part de la Ligue des Champions. Terminé le système abscons de poules hautes et basses de respectivement 8 et 6 équipes, la nouvelle C1 ne comprendra que 16 équipes dont les champions des neuf meilleurs pays au classement de l’instance européenne et des wild-cards. Ce sont donc 12 équipes de bon niveau qui vont se retrouver dans la deuxième coupe d’Europe qui sera bien plus relevée. Grossièrement, on peut considérer que les équipes des poules basses se retrouveraient dans la nouvelle Ligue européenne ce qui en relèverait le niveau.

Plus de matchs

Le format de la phase de groupe est grandement modifié. Sans la pandémie, les quatre groupes de quatre équipes seraient terminés et l’EHF aurait procédé au tirage au sort des quarts de finale. Dans la prochaine édition, huit équipes supplémentaires prendront part à cette phase qui compterait toujours 4 groupes mais de six équipes. Une équipe qualifiée pour la phase de groupe jouera donc 10 matchs à ce tour au lieu de 6. Et ce tour ne sera pas aussi sélectif puisque les quatre premiers de chaque groupe accèderont aux huitièmes de finale. Ainsi, sans compter les tours qualificatifs, le vainqueur de la Ligue Européenne aura joué 16 matchs là où Kiel, vainqueur 2019, n’a joué que 10 matchs, qualification comprise.

Le format de la Ligue européenne masculine

Plus de contraintes

C’est là un grand point d’achoppement entre la LNH et la fédération européenne : les jours des matchs. Les compétitions masculines européennes seront organisées en semaine. Pour la Ligue européenne, le rendez-vous est le mardi avec quelques affiches décalées au lendemain. La Ligue des Champions doit pour sa part se dérouler les mercredis et jeudis. Tous ces matchs débuteront soit à 18h30, soit à 20h30.

Outre les horaires, le terrain est également reglementé. À compter de la phase de groupe, les matchs de Ligue européenne devront se dérouler sur un sol spécifique. Jusque là réservé à la Ligue des Champions, cette contrainte permet d’avoir une unité visuelle entre tous les matchs de la compétition mais engendre également un coût supplémentaire pour les clubs. Enfin, et à titre plus anecdotique, tous les matchs se disputeront avec les mêmes ballons comme c’est déjà le cas en Starligue ou en Ligue des Champions.

Les ballons de Ligue européenne, rouges, au deuxième plan.

Le FENIX dans tout ça ?

Le club a accueilli la nouvelle avec peu beaucoup de modestie et n’a pas mis en avant sa qualification européenne dans les publications, que ce soit sur son site officiel ou ses comptes sur les différentes plateformes. « Le FENIX se retrouve donc 5e […], en position de participer à l’European Handball League » indique ainsi factuellement le communiqué officiel.

On imagine bien que tout le club espère pouvoir renouer avec l’Europe, six ans après sa dernière — et courte — participation, mais la situation est loin d’être idéale. Si l’on peut supposer que la nouvelle compétition sera financièrement plus intéressante que la Coupe EHF où la plupart des clubs avaient, sur ce plan là, plus à perdre qu’à gagner, elle aura un coût. Surtout, la récession qui s’annonce en raison de la pandémie rend très incertain les finances des clubs sportifs qui dépendent de nombreux partenaires. Le club prévoit donc de rencontrer tous ses partenaires avant de prendre sa décision quant à la participation ou non à cette compétition.

Entrée au premier tour ?

Supposons à présent que les finances le permettent et que le dossier soit validé par l’EHF, où débuterait le FENIX ? Très certainement au premier des deux tours qualificatifs.

Les douze accessits direct pour la phase de groupe sont répartis ainsi : 6 places pour les meilleurs champions non qualifiés pour la C1 (Biélorussie, Ukraine, Suède, Roumanie, Slovénie et Suisse a priori), 1 place pour l’Allemagne au titre de ses performances en Coupe EHF en 2018, 2019 et 2020 (deux titres… et une saison inachevée) et enfin 5 places pour des deuxièmes ou troisièmes des neuf meilleures ligues (Nantes ou Nîmes pour la France).

Seules quatre équipes entrent directement au deuxième tour qualificatif. Simple intuition mais on peut supposer qu’il s’agira des deuxièmes ou troisièmes des quatre ligues du top 9 qui ne vont pas directement à la phase de groupe. Quand bien même il s’agirait d’un deuxième club français, Nîmes ou Montpellier passerait avant Toulouse.

Il est donc à peu près acté que si le FENIX participe effectivement à la prochaine Ligue européenne de Handball, il entrera au premier tour. À moins, bien entendu, que la crise économique ne pousse nombre de clubs à renoncer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.