Baptiste Barbat

Les petites histoires du Stade

Hier en conférence de presse, Maxime Médard et William Servat nous ont livré plusieurs séquences émotions. Les deux hommes dévoilent les petites histoires de la grande saison du Stade Toulousain.

PSG-Fenix : Que retenir?

Face au rouleau compresseur du PSG, le Fenix n’a pas pu bousculer son adversaire malgré une bonne performance. Le bilan en championnat reste alarmant.

ST – Kaino, gagnant à vie?

A l’occasion de son hebdomadaire conférence de presse, le Stade toulousain présentait aujourd’hui Jerome Kaino. À 35 ans, le All-Black détaille ses premiers pas en Rouge et Noir.

Montpellier surclasse le FENIX

En ce jeudi de l’Ascension, la Lidl Starligue avait choisi de mettre en avant le choc occitan entre le FENIX Toulouse Handball et le Montpellier Handball. Les locaux, enlisés dans le ventre mou du championnat, faisaient figure d’outsider face au leader. La logique a été respectée.

Le Fenix rebondit

En signant une victoire majeure contre un des cadors du championnat, le Fenix fait renaître un espoir de jouer l’Europe. La fin de saison s’annonce intense.

Lancez votre peluche !

Demain, les Spacer’s organisent un lancer de peluches pour la bonne cause. 1 500 peluches seront lancées sur le terrain, puis redistribuées dans les hôpitaux pour des enfants malades.

Ferran Solé, le meilleur à son poste

Champion d’Europe avec l’Espagne, meilleur tireur de penaltys, meilleur ailier droit de la compétition, voilà ce que Ferran Solé Sala peut ajouter à son CV depuis cet hiver. Entré dans une nouvelle dimension, l’ailier toulousain se confie à Toulouse Sport.

Cyril Morency quitte le Fenix

Le plus petit des deux géants toulousains, Cyril Morency quitte la ville rose avec un effet immédiat. En fin de contrat en juin, les dirigeants du Fenix lui auraient fait comprendre que son contrat ne serait pas renouvelé. L’arrière gauche de 2,08 m rebondit en deuxième division à Limoges.

Tournefeuille craque à Cahors

Fédérale 2 – 17e journée. Coincé en milieu de tableau, Tournefeuille se déplaçait à Cahors candidat à la montée. Après un match aller très agité avec de nombreux cartons, les tensions étaient encore présentes ce dimanche, avec de nombreux accrochages, et une bagarre.

Rien n’allait pour le FENIX

Dans sa salle pleine à craquer, le Fenix a vécu une soirée sans. D’abord un souci au niveau des panneaux publicitaires, puis au tableau d’affichage, ajouté à un arbitrage très limite, et conclu par une performance moyenne sur le terrain. La défaite était inévitable.